Puits canadien / provençal à air : comment concevoir les parties enterrées et extérieures?

Vous aimeriez bénéficier de la chaleur du sol pour préchauffer l’air qui rentre dans votre maison en hiver, et inversement refroidir l’air entrant en été de la façon la + naturelle possible?  Le puits canadien / provençal est une solution pragmatique, si on la conçoit correctement!

Partie 1 / la conception extérieure & enterrée, c’est ici:

En quelques mots  ce qu’il faut savoir et retenir (car la vidéo ne vous dit pas tout! )

  • Le tuyau n’est pas n’importe quel tuyau, il s’agit d’un tuyau en PE (polyéthylène) de structure intérieure lisse, dont l’épaisseur a été renforcée pour permettre l’enfouissement sans microfissure. Il ne dégage pas de solvant ni d’odeur. Le PVC est non recommandé.
  • Le tuyau est doublé (2*40m) pour pouvoir assurer la fonction climatisation en été, réalisée avec un ventilateur de soufflage de 760m3/h.  L’idée d’avoir 2 tuyaux de diamètre 200 est de  limiter la vitesse de l’air en surventilation pour limiter le bruit! et bien sûr de permettre l’échange thermique avec le sol (trop vite, l’air n’aurait pas le temps de changer de température).
  • La pente et la gestion des condensats est un point clef, qu’il faut absolument prendre en compte.  Dans le cas présent, des buses de 1m de diamètre permettent l’accès au point bas pour son entretien ainsi que le lavage des tuyaux.
  • Notez enfin que l’entrée d’air ne doit pas être insérée dans un massif à pollens ni trop près du sol pour éviter les petits problèmes de cohabitation avec les animaux (urines de chats….).

Pour aller plus loin,

Nous vous recommandons vivement le livre suivant, c’est une bible:
Le puits canadien, de Bruno Herzog

Une réflexion au sujet de « Puits canadien / provençal à air : comment concevoir les parties enterrées et extérieures? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *