Combien économise-t-on d’énergie avec un puits canadien / provençal ? Mesures et gains sur un exemple près de Lyon

Après 1 an de mesures de notre puits canadien installé dans le rhône près de Lyon, il est temps de tirer un bilan sur son efficacité.

Mesures de température

Pour « instrumenter » notre puits canadien, nous avons mesuré l’air avant sa distribution dans la partie habitable de la maison.

pointdemesure

Ce point de mesure n’étant pas directement à la sortie du puits, mais 4 m en aval vers la partie habitable, il bénéficie d’un « préchauffage » dû à la zone garage/annexe où il se trouve. Il convient d’enlever 2° à notre mesure pour établir une estimation thermique cohérente de l’apport du puits canadien, que nous avons illustrée dans la figure ci après.

courbecorrigee

Notre puits canadien de 2*40m de tuyau diamètre200 enterrés entre 2,7m et 1m de profondeur régule donc la température de l’air entrant entre 11 degrés minimum (fin janvier) et 20 degrés maximum (en août).

Sur le diagramme suivant, nous voyons certains points de mesures intéressants:
-en été le puits est capable de faire descendre la température extérieure en rouge de 37 degrés à l’ombre à 22degrés (point de mesure) en violet
-en hiver  l’air se préchauffe de -2°C en bleu à 15 degrés (point de mesure) en violet.

nrlog_puitscanadien_mesures

Sur l’image précédente, nous voyons bien:

  • la période  de préchauffage de l’air d’octobre à avril
  • les mois « de transition » mai et septembre
  • et la période d’été ou le puits refroidit l’air entrant (geo cooling)

Gain énergétique et bilan économique

Nous rappelons ici que notre puits canadien est couplé à une VMC simple flux. En hiver, c’est donc le ventilateur de la VMC qui tire l’air du puits vers l’extérieur. Il n’a donc pas de consommation supérieure liée au puits canadien.

En comparaison des températures moyennes dans le rhône, nous calculons un gain d’environ 900kwh thermique lié au puits canadien, qui se traduit par un gain économique d’environ 134euros par hiver si l’on se chauffe à l’électricité (hypothèse 15c/kwh) ou 53euros si l’on se chauffe grace à une PAC, du bois ou du gaz (hypothèse 6c/kwh).

gainhiver

En été, nous comparons les Kwh consommés par le ventilateur de surventilation du Puits Canadien à la consommation d’une climatisation équivalente. Le gain pour ~300heures d’utilisation par été  se chiffre à environ 40euros d’électricité par an.

gainete

En résumé, le Puits canadien permet d’économiser entre 90 et 170euros par an. Dans notre cas nous l’estimons à 90 euros car nous avons une PAC air/eau pour le chauffage.

Gain en confort

En hiver, l’air entrant dans les pièces de vie est en fait:

  • réchauffé par le passage dans le puits
  • réchauffé légérement lors de la traversée du garage/annexe (estimation +2°C)
  • réchauffé dans les faux plafond le temps qu’il arrive aux bouches de soufflages.

Lors d’un test avec une caméra thermique en janvier 2016, nous avons pu constater que l’air au niveau des bouches arrive en fait a 18°C, voir image suivante:

PC

Le fait de ne pas subir de courants d’air froid (le problème général des VMC smple flux) est de ce fait un véritable « plus » en confort thermique dans la maison. Nous envisageons de modifier la cible de température de PAC pour l’hiver prochain a 20°C (au lieu de 20,5°C) car cette entrée d’air préchauffé permet une meilleur sensation de chaud. Il y’a donc encore quelques économies (peut etre quelques %) de chauffage à gagner avec le puits canadien.

Enfin, lors de la canicule de l’été 2015 à lyon, nous étions plus qu’heureux de pouvoir stabiliser la température de la maison a 26°C en gardant les volets des baies vitrés ouverts. Alors que certaines nuits dépassaient les 30°C, nous étions bien contents… de fermer les fenêtres et de profiter de l’inertie du sol.

 

 

 

 

 

 

4 réflexions au sujet de « Combien économise-t-on d’énergie avec un puits canadien / provençal ? Mesures et gains sur un exemple près de Lyon »

  1. Bonjour votre relevé de température est en effet intéressant,il est indispensable de connaitre le débit d’air.
    Car un débit faible améliore la température de sortie mais apporte peu de rafraîchissement.

    1. Bonjour,
      En effet le débit compte!
      En été lors des mesures il est de 700m3/h au niveau du ventilateur (mode surventilation) sans compter les pertes de charge du réseau.
      En hiver c’est simplement la VMC d’extraction qui tire lentement le flux d’air.
      Salutations

  2. Bonjour,

    Très intéressé par votre installation, j’aimerais être sur de bien comprendre son fonctionnement avec une VMC SF.

    Vous indiquez qu’en hiver seul le moteur de la SF permet de « tirer » l’air issu du PC.

    Cela signifie donc que l’action du ventilateur sur les bouches d’évacuation présentes dans les pièces humides va créer une dépression dans chaque pièce sèche ce qui va permettre l’insufflation d’air par les bouches prévues à cet effet ?

    Merci pour votre retour

    Vince

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *